Que ce soit un vélo de ville, électrique ou non, pliable éventuellement, ils voient tous leurs ventes augmenter. En effet, le vélo, ou bicyclette devient un mode de transport de plus en plus utilisé en France. La France est d’ailleurs le 3ème pays européen consommateur de vélos après les Pays-Bas et l'Allemagne. Les Français aujourd’hui se déplacent deux fois plus par ce mode de transport qu’au début des années 2000. On constate que 3 millions de vélos sont ainsi vendus chaque année en France.
De plus, le vélo est souvent utilisé comme moyen de transport complémentaire, pour les déplacements de proximité de la vie quotidienne ; domicile-travail, domicile-achats, domicile-études, domicile-loisirs/visites, etc. Un moyen de transport écologique et rapide lorsque l’on évolue en ville.

Ce moyen de transport comme tous les autres nécessite de prendre un certain nombre de précautions  pour être bien protégé.

 

A vélo, casque obligatoire pour les enfants de moins de 12 ans

casque vélo obligatoire pour les enfants

A compter du 22 mars 2017, les enfants de moins de 12 ans circulant à vélo, qu’ils soient conducteur ou passager, doivent être obligatoirement équipés d’un casque. La personne transportant ou accompagnant un enfant de moins de 12 ans sans casque est passible d’une amende de 90 €.

Selon la Sécurité routière à l’origine de cette décision, le casque à vélo diminue le risque de blessure sérieuse à la tête de 70 %, celui de blessure mineure de 31 % et de blessure au visage de 28 %, les enfants étant encore plus exposés et fragiles que les adultes.

Casque à vélo certifié

Au moment de vous équiper, soyez vigilants sur le choix du matériel. Les casques bas de gamme sont à bannir, peu susceptibles de répondre aux exigences de sécurité. Le casque doit être certifié, c'est-à-dire homologué CE, ce qui vous garantit qu'il répond aux normes de sécurité fixées par la Communauté Européenne (vérifiez l'étiquette à l'intérieur).

Et pour imposer le bon geste aux petits avant de partir en promenade, quoi de plus efficace que de donner l’exemple ? Par cette mesure, les autorités espèrent en effet voir la pratique se généraliser aux parents.

 

Que ce soit pour une simple randonnée ou pour voyager à vélo, il vous faut :

Choisir avec soin votre vélo : il doit être adapté à votre morphologie, d’un poids raisonnable et réglé avec soin (position du guidon, hauteur de la selle). Veillez à une bonne répartition de la charge dans les sacoches. La selle doit être confortable et une bonne suspension peut éviter bien des désagréments…

Avoir une tenue vestimentaire adaptée aux conditions climatiques permettant l’évaporation de la sueur, un vêtement de pluie prêt à être utilisé, des protections contre le soleil (chapeau, verres solaires, crème protectrice). Choisissez avec soin vos chaussures : elles doivent bien adhérer aux pédales tout en restant confortables.

Le port du casque, en cas de chute, il permet de limiter efficacement les risques de traumatisme crânien.

Garder la forme, il faut toujours avoir à portée de main de quoi vous désaltérer : avec de l’eau ou une boisson contenant des glucides. De même, des fruits secs ou des biscuits vitaminés peuvent donner un petit coup de fouet avant la pause déjeuner.

 

 


Si le nombre de pistes cyclables en ville augmente régulièrement, mais sans doute pas assez vite, certaines villes en Europe sont plus avancées dans la création de voies aménagées pour les vélos. Ce moyen de locomotion est également une réponse au problème de congestion de nos villes par l’automobile et une solution à l’économie d’énergie et d’espace, au respect de l’environnement, à la fluidité du trafic…

Pratiquer la ville à vélo demande également  un minimum d’attention et de préparation pour que ce moyen de locomotion vous permette de circuler en toute sécurité. Voici quelques règles faciles à respecter pour un bon usage de la ville à vélo :
 

Préparez avec soin votre itinéraire

Une bonne connaissance de la ville permet de choisir avec soins des rues relativement tranquilles et d’éviter les grands axes plus dangereux. Le vélo est un moyen idéal pour découvrir la ville et ses quartiers en toute sécurité tout en restant vigilant !
 

Vérifiez votre équipement régulièrement

Régulièrement vérifiez l’état des pneus et leur gonflage mais aussi les freins et l’éclairage. Une visite de contrôle par un professionnel est conseillée au moins une fois par an. Avez-vous avec vous de quoi réparer une crevaison ?
 

La sécurité avant tout

La clé de la sécurité : une bonne maitrise de votre vélo. Il est primordial d’anticiper les mouvements pour prévoir les obstacles.
Les changements de direction méritent une attention particulière. Il faut regarder derrière soi longtemps à l’avance, indiquer clairement votre intention en tendant le bras dans la direction souhaitée puis bien remettre les deux mains sur le guidon au moment de tourner.
Portez votre regard au loin afin d’identifier les dangers possibles.
Evitez de slalomer entre les véhicules et privilégiez les dépassements par la gauche.
Attention aux piétons qui débouchent de tous côtés avec, la plupart du temps, un champ de vision assez limité et peu d’attention à ce qui se passe autour d’eux.
Porter un gilet jaune de sécurité ainsi que votre passager pour circuler hors agglomération de nuit ou de jour lorsque la visibilité est insuffisante
 

Respectez le Code de la route

En ville nous sommes nombreux à circuler : les règles du Code de la route s’appliquent à tous et peuvent faire l’objet de verbalisation s’agissant des piétons et des cyclistes. Vous trouverez ici un résumé des droits et obligations des cyclistes.

 


La responsabilité civile dans le cadre des contrats multirisques habitation, assurance scolaire, ainsi que garantie accidents de la vie est là pour vous couvrir en cas d’accident corporel. La garantie accidents de la vie, intervient plus précisément pour vous couvrir en cas de lourdes séquelles, nécessitant d’importants aménagements du logement et dans la vie quotidienne. Chacune de ces garanties prévoit le remboursement des frais de soins mais aussi, pour un d’un salarié, des indemnités journalières.


Accident avec un véhicule motorisé

Le cycliste, qui a respecté le Code de la route et n’a pas commis d’erreur de circulation, sera indemnisé pour les dommages corporels par l’assureur du tiers responsable au titre d’une garantie défense et recours. En cas de conflit, l’assureur vous assiste dans vos démarches.
A noter, en cas d’accident de circulation, les victimes sont protégées par la loi Badinter.


Le cycliste tombe tout seul

La Sécurité sociale et votre complémentaire santé vous indemnisent en cas de dommages corporels. Comme pour tout autre accident ou maladie, elles vous rembourseront les frais médicaux hospitaliers et pharmaceutiques. Votre assureur interviendra en complément de ces remboursements.
L’individuelle accident, souscrite au moment de la rentrée scolaire pour les enfants scolarisés, pourra également intervenir pour l’indemnisation des dommages corporels consécutifs à des chutes ou accidents même sans tiers responsable.

 

Un accident responsable

Lorsqu’un cycliste renverse un piéton, ou endommage un bien, c’est sa responsabilité civile (incluse dans le contrat multirisques habitation) qui le couvrira. Elle prendra en charge les éventuels dommages corporels de la victime dans leur intégralité, et les dégâts matériels causés selon les circonstances de l’accident.

Remonter