04 / 07 2017

bénévolat conférence Elisabeth Pascaud

Bénévolat : nouveau visage, nouvelles attentes

« Les bénévoles d’aujourd’hui : quelles évolutions et comment accompagner leur engagement associatif ? » Voilà le thème de la conférence donnée le 8 juin 2017 dans l’auditorium Jean XXIII de la Mutuelle Saint-Christophe. Elisabeth Pascaud, vice-présidente de France Bénévolat, y a évoqué avec la conviction du vécu les grandes tendances d’un bénévolat en pleine mutation. Retour sur les points-clés de son intervention.

Accueillir et accompagner les bénévoles, c’est primordial

« Les bénévoles ne sont pas corvéables à merci, ils ont des rêves eux aussi ! » a rappelé Elisabeth Pascaud. Bien accueillir, accompagner les bénévoles, les former et savoir répondre à leurs questions, ces points sont la clé d’un bénévolat réussi. Et son encadrement, loin d’être purement technique et administratif, implique de donner du sens aux actions.

Des bénévoles de plus en plus nombreux

On dénombre 20 430 000 bénévoles en 2016 en France, un chiffre en progression de 12% depuis 2010.  2 Français sur 5 ont une expérience du bénévolat !* Mais si le bénévolat ponctuel rencontre beaucoup de succès, maintenir son engagement sur le long terme est plus difficile. Les jeunes et les actifs sont de plus en plus nombreux mais la population âgée, traditionnellement investie, est moins concernée aujourd’hui.

Pourquoi devient-on bénévole ?

Les motivations qui mènent au bénévolat sont multiples :

  • Etre utile à la société, agir pour les autres et avoir le sentiment de servir à quelque chose
  • Accéder à un épanouissement personnel
  • Partager de bons moments
  • Se rencontrer, établir du lien

Longtemps suscité par l'autorité religieuse, en parfaite incarnation des valeurs de l’Eglise, l’engagement bénévole est devenu une démarche personnelle, volontaire, dans laquelle on investit beaucoup de soi. L’attente de la part de ceux qui s’engagent est d’autant plus grande, parfois déçue lorsque confrontée à la réalité.

Il importe donc d’accorder de la considération aux bénévoles afin de maintenir leur engagement. Les rassurer, les protéger en leur garantissant les meilleures conditions d’intervention. 

bénévolat table ronde

Une table ronde « Assurance et bénévolat »

Une table ronde, à laquelle participaient Renan Rioufol, responsable Marchés et Jean-Dominique Monnoyeur, délégué Prévention et Services Associés, animée par Philippe Duvignac, directeur Expérience client, Mutualité & Marchés a permis d’évoquer l’accompagnement au risque proposé par la Mutuelle aux associations et fondations faisant appel à des bénévoles, et aux bénévoles eux-mêmes. L'occasion d’affirmer notre expertise sur le sujet : entretenir un  lien étroit avec les associations permet à Saint-Christophe assurances de faire évoluer l’offre assurantielle dédiée au bénévolat en fonction des usages, au plus près des transformations.

Assurer le bénévolat, ça consiste en quoi ?

Le bénévole n’a pas de statut réglementaire comme peut l’avoir un salarié.

En l’absence de contrat de travail, l’association qui recourt à des bénévoles a cependant pour obligation d’assurer leur sécurité ; elle engage vis-à-vis d’eux sa responsabilité, tout comme elle est engagée vis-à-vis des tiers, dans le cadre des actions menées avec les bénévoles.

Saint-Christophe assurances, dans ses contrats destinés aux associations, inclut automatiquement des garanties permettant de répondre à cette spécificité.

  • Le bénévole est couvert dans le cadre de ses activités au titre de la responsabilité civile.
  • Le bénévole est couvert pour ses dommages corporels au titre l’individuelle accident.
  • Le bénévole dirigeant d’association est couvert en cas de faute de gestion, négligence ou omission commise dans l’exercice de ses fonctions.

Enfin, le contrat auto-mission intègre une extension dédiée aux bénévoles lorsqu’ils utilisent leur véhicule personnel dans le cadre des activités de l’association.

Retrouvez notre offre destinée aux associations

*Chiffres tirés de l'étude France Bénévolat.

Remonter